Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un grain de folie et une imagination sans limite m'invitent à plonger dans le temps et l'espace à la rencontre de personnages historiques, mythiques ou légendaires afin de partager un moment de leur vie... Une histoire revisitée sans prétention dans un décor dressé sur une table pour deux. Invitation au rêve et à l'évasion. Ne craignez rien et suivez votre conteuse de tables!

V comme... Voyage en Transylvanie

Après un voyage en train qui me sembla bien plus long que je n'aurais pu l'imaginer, le docteur Abraham Van Helsing et moi même arrivâmes à la gare de Bucarest où une diligence nous attendait. Nous nous y engouffrâmes rapidement , la nuit et le froid tombaient si vite dans cette région de Transylvanie. 

En nous voyant nous installer , je remarquais que les autochtones détournaient le regard, se signaient ou portaient vivement la main à la croix qu'ils arboraient autour de leur cou.  

Sur le chemin sinueux et dangereusement escarpé, les arbres dénudés avançaient vers nous des ombres menaçantes et je frissonnais en entendant autour de nous monter le hurlement des loups. 

A la croisée des chemins l'attelage s'arrêta brusquement, Van Helsing saisit son bagage et se précipita à l'extérieur:

" Descendez, il nous faudra continuer à pieds. Aucun d'eux n'oserait s'aventurer là où nous allons..."

Il s'était adresser à moi sur un ton qui n'admettait aucune réplique.

 

Il me semblait avoir marcher des heures durant dans la peur et le froid lorsque nous arrivâmes dans l'ombre d'une lugubre bâtisse à demi en ruines surplombant une vertigineux ravin sans fond. 

Van Helsing possédait les clefs de cette mystérieuse demeure et fit tourner l'une d'elles dans la serrure qui finit par céder sous ses efforts. La lourde porte s'ouvrit dans un grincement qui me fit froid dans le dos.  

 

D'un pas affirmé, il s'avança vers la longue table qui trônait au centre de la pièce , y déposa le trousseau de clefs et... de l'ail. 

Il sortit également de son grand sac, un flacon d'eau bénite qu'il versa dans des coupes d'argent, un pieu et une arbalète.

Le décor était planté. Van Helsing ne reculerait devant rien avant d'avoir définitivement détruit le maître de ces lieux.

 

 

 

Je découvrais alors, interdite, la résidence du Seigneur Vlad Dracul!

Vous pouvez ôter ces lunettes, vous les portez depuis notre départ de Londres. Je peux vous assurer qu'aucun rayon de soleil ne viendra altérer votre vue en ces lieux! Onze heures... Détendez vous, de toute évidence, notre hôte n'est pas ici.

Loin d'être rassurée comme j'aurais du l'être à cette affirmation , je ressentais une profonde déception qui me déchirait la poitrine.

J'ôtais cependant mes lunettes afin de découvrir cet endroit où vécut des siècles durant cet être aussi terrifiant que fascinant... Mon Prince, Mon Amour, Mon Amant, le comte Vlad Dracul.

Le hurlement des loups se faisait si proche que j'aurais les croire à l'intérieur même du château . Pourtant je n'éprouvais aucune crainte. Je ressentais même une réelle plénitude en découvrant sa demeure. Comme la vie avait dut être belle ici... il y a si longtemps, il y a une éternité. Bientôt je levais les yeux et découvrais un portrait de lui. Il me semblait à la fois si semblable au souvenir que j'en avais... si semblable et tellement différent...

 

 

 

 

Son regard me réchauffait, je sentais une douce chaleur envahir mon corps...  Je me rappelai alors notre première rencontre, de ce jour où il me héla dans les rues de la capitale. D'abord excédée par son impudence, je ne tardais pas à accepter son invitation. Le prince mourait d'envie de découvrir le cinématographe. D'où pouvait il bien venir pour ignorer encore cette invention?

Et puis il y eu cet autre jour où il me fit goûter aux vertus étonnantes de l'absinthe.

"L'absinthe, me dît il, est l'aphrodisiaque de l'âme. La petite fée verte qui vit dans l'absinthe, convoite votre âme mais vous êtes en sécurité avec moi..."

Grâce à elle , il sut faire renaître le souvenir de notre Amour, j'ai vu notre passé, notre destin si funeste à travers son âme tourmentée, condamnée à errer sans fin dans un monde où il n'a plus de place... Parce qu'un Dieu dont il était le plus fervent serviteur s'était joué de lui, le privant de son unique Amour qui le croyant mort à la bataille, désespérée à l'idée de vivre sans lui, s'était donné la mort. 

A son retour, apprenant l'inacceptable, il se tourna vers les prêtres qui refusaient à son épouse suicidée tout sacrement la considérant comme damnée. Ivre de colère, il renia l'Eglise et voua son éternité à la vengeance de sa bienaimée devenant Dracula , le prince des vampires.

 

 

" Vous m'aviez assurée qu'il serait ici!

- Les "non morts" de son espèce ont un besoin impérieux de la terre de leurs ancêtres pour se régénérer. Il a perdu beaucoup de sa puissance au cours des événements que nous avons traversé. Revenir sur la terre de ses aïeux est la seule façon de retrouver sa prestance, ça et le sang humain!!

- Vous parlez de lui comme d'un monstre. Ce que j'ai vu en lui est si différent de l'idée que vous vous en faites!!! J'ai lu dans son cœur, j'ai entendu son âme me parler...

- Son cœur ne bat plus depuis des siècles ! Quant à son âme, si tant est qu'il en ait une , il l'a vouée au monde des ténèbres!

- Mais j'ai senti en lui la part d'humanité, si infime soit elle, qui lui reste. J'ai vu ses larmes couler, j'ai ressenti tout l'Amour qu'il a pour moi... Ne pouvez vous avoir pitié de cette part de lui qui sut à ce point m'émouvoir?

- Il a cru reconnaître en vous l'épouse qu'il a tant aimé... 

- JE suis l'épouse qu'il a tant aimée. Nos âmes sont liées à travers le temps... il a traversé toutes ces souffrances dans le seul espoir de me retrouver!

- Foutaises, quel Dieu accorderait une autre chance à l'auteur de telles atrocités? Qui pardonnerait à cet être perverti et dépourvu de toute humanité?

- Peut être celui qui aurait trahi le plus fidèle de ses guerriers."

​​​​​​​Je sentais la chaleur monter en moi, le sang bouillonnait dans mes veines. Les mots de mon prince s'imprégnaient dans mon esprit et je vacillais, fébrile, comme pris d'une fièvre soudaine.

"Que vous arrive t il?"

Van Helsing parut soudain inquiet, ne me quittant pas du regard, il s'assura vivement que l'arbalète  était à sa portée et se précipita pour s'en saisir...

Je m'enfonçais vers un semi comas dans lequel la voix de mon aimé se faisait plus claire...

" Restez éveillée, regardez moi!! Hurlait van Helsing

Tout mon être l'appelle, il vient à moi , il est là...

Mon souffle se faisait plus court, je le désirais plus que tout au monde et m'offrais à lui... l'appelant de toute mon âme.

Van Helsing était aux aguets, il s'avait qu'ayant retrouvé l'ampleur de ses pouvoirs, Dracula pouvait apparaître sous différentes formes, celle du loup, du serpent, de la chauve souris... Laquelle allait il choisir 

 

 

Dans ma torpeur, je vis Van Helsing approcher de moi l'ail destiné à éloigner le prince des vampires, cela me donna la nausée et m'amena au bord d'une convulsion. Il l'éloigna alors et m'aida à me relever, me secoua presque violemment, espérant me faire reprendre mes esprits.

" Répondez moi, Catherine, rassemblez vos souvenirs! La temps presse! Lors de vos étreintes, Dracul vous a t il mordu? Répondez, je vous en conjure!!!"

Mais j'étais déjà repartie , offerte à la nuit, prête à renaître à son éternité...

Le docteur pris en toute hâte un couvert en argent et me le mis dans la main , la douleur fut instantanée et atroce laissant une vilaine brulure dans la paume.

 

 

 

 

Oubliant la douleur,  je replongeais dans le semi sommeil. Une brume s'éleva soudain et j'en sentais déjà la caresse, il venait pour me prendre, tendre, passionné, précis il me laissait à la limite de l'orgasme pour m'emmener vers d'autres plaisirs. Il me semblait mourir, tout était comme dans mes rêves les plus secrets, tout était comme dans mes souvenirs les plus lointains ...

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est à l'apogée de cette extase que je vis sa main prendre forme, elle tenait cette rose rouge, symbole de l'Amour qui à travers le temps ou l'espace ne meurt jamais. D'une lame étincelante, il s'entailla la paume et son sang se mit de couler, ce sang de vampire, promesse  d'une éternité à ses côtés.

"Bois!"

Me dit cette voix sortie du fond de ma mémoire.

La soif me tenaille, je tends vers lui mes mains , mes lèvres et mes dents, avide de le mordre et de le boire... 

Un hurlement se fit entendre, le cri d'un chasseur de vampire prêt à tout pour me sauver de la malédiction et m'empêcher de braver la mort sans pour autant

choisir la vie.

 

La table.

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Un jour j'aimerais que tu me fasses une table aussi magique...un jour j'aimerais être ton prince...pour t'amener au delà des ténèbres !
Répondre
V
Quelle ambiance que ne démentirait pas Coppola! Bravo
Répondre
C
Bravo
Répondre
T
Encore une belle histoire racontè a travers tes décos bravo
Répondre
M
Magnifique histoire et table ma cathounette. J’ai beaucoup apprécié. Te fais de gros bisous
Répondre
C
c'est bien une fête pour toi Halloween
Répondre
T
Wouw moi aussi j’adooore
Répondre
J
J'adoreeeeeeeeeeeeeeeee
Répondre
C
Dracula redevient presque humain avec toi ! Ta table est superbe, je ne sais pas où tu vas trouver toute la déco , le loup est magnifique....
Répondre
D
Magnifique ???? et la mise en scène est une tuerie ! Bravo et merci pour ce partage ????
Répondre