Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par Cath
La cinquième épouse

Pour la première fois , je vais dédier une table à  ma maman qui aimait beaucoup lire

Pearl Buck

 et se passionnait pour la Chine où elle pensait avoir vécu... dans une vie antérieure.

J'ai donc lu très jeune ces romans et c'est en retrouvant les livres dans un carton que ces souvenirs me sont revenus.

Je me rappelle les titres, un peu moins  le contenu 

mais des images défilent, des expressions comme

le troisième fils de seconde épouse...

 

 

"Vent d'Est, vent d'Ouest", "Pavillon de femmes", "Pivoine"...

seront la source d'inspiration de cette nouvelle table contée

La cinquième épouse

La cinquième épouse.

 

La naissance d'une fille dans une famille chinoise à cette époque était de mauvaise augure. Mon père avait prié les dieux pour se voir accorder un fils. Ma naissance fut pour ma mère une source de honte qui lui valut d'être reléguée au second rang. Père décida de prendre une seconde épouse, plus jeune, plus favorable à lui donner des fils.

Les filles n'avaient pas le droit de recevoir le moindre enseignement, la moindre éducation. Cependant ma mère , consciente du malheur de naître femme , me fit apprendre à lire dans le plus grand secret.  

N'ayant aucune reconnaisance paternelle je devais vaquer du lever au coucher du soleil aux taches les plus ingrates dans la tenue d'une maison.

 

 

 

 

 

 

 

 

La cinquième épouse

Les années passent sans qu'on les voit vraiment...

Le destin voulut que je devienne une jeune femme ni belle ni laide.

L'empereur  décida à cette époque de prendre une cinquième épouse. Le choix de celle-ci revenait de droit à la première épouse et impératrice.

Toutes les marieuses des contrées de Chine se mirent en quête de trouver l'élue. 

Je fus choisie et emmenée de grée ou de force au palais afin d'être présentée à l'impératrice.

Nous étions plus de cent et il fallut que ce  soit moi que la première épouse embrasse sur le front, 

indiquant ainsi son choix.

 

 

 

La cinquième épouse
La cinquième épouse

Son choix se devait être judicieux, il me fallait plaire au maître de l'empire celeste et ne pas faire d'ombre aux épouses en place.

Assez jolie pour inspirer le désir, pas assez pour susciter la jalousie

 

 

Je mourais de peur à l'idée de devenir l'intrument de désir d'un inconnu

,fusse-t-il roi ou paysan.

Dans le pavillon des femmes, je devais respecter , servir et m'incliner devant les quatre premières épouses et leur descendance.

L'empereur mit des jours et des jours avant de demander ma présence et celà amusait ses épouses et concubines.

 

 

La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse

Et puis, un soir, l'eunuque vint me prévenir que ma présence auprès de l'empereur était réclamée. Les servantes vinrent me baigner, me parfumer, me coiffer, me préparer à ma nuit de noce. 

Sur mon passage les épouses , seconde , troisième et quatrième gloussèrent et une nouvelle fois , première épouse m'embrassa sur le front.

Je ne vous parlerai pas de cette nuit où je devins femme.

Ni de celles qui  lui succédèrent.

L'empereur fut séduit par une partie de moi qu'aucune épouse née en Chine , n'aurait pu imaginer.

Il fut séduit par mon innocence, mes connaissances, mon instruction, la facilité qu'etait la mienne à dire, lire ou inventer des histoires, à lui raconter les  autres royaumes

au point qu'il lui fut bientôt impossible de se passer de ma présence.

 

Bien sûr, ceci éveilla la jalousie des épouses secondaires et l'impératrice craignit de perdre de son influence sur l'empereur ou de sa suprématie sur ses rivales

Si mes nuits étaient celles d'une reine aimée, désirée, honnorée, écoutée,

mes jours étaient devenues un enfer. 

Un eunuque qui s'était pris d'affection pour moi y perdit la vie en goûtant mes plats.

La cinquième épouse
La cinquième épouse

L'empereur craignant pour moi mais ne pouvant désavouer sa première épouse fit le choix, au risque de me briser le coeur

de me répudier.

Je fus chassée du palais.

L' impératrice et les autres épouses furent rassurées  et confortées dans la place qui leur revenait...

Ce qu'elles ne surent jamais...c'est que dans le secret de la nuit je fus installée dans une maison inconnue de tous, servie par une femme tenue au secret .

Et c'est en cet endroit précis que vous découvrez ce soir, 

que l'empereur , l' homme que j'aime et qui m'aime en retour

vient me rejoindre dans le plus grand secret ,  aussi souvent que sa condition le lui permet pour ne pas eveiller les soupçons

des résidentes

du pavillon des femmes

L'empereur rejoint sa favorite dans le plus grand secret
L'empereur rejoint sa favorite dans le plus grand secret
L'empereur rejoint sa favorite dans le plus grand secret

L'empereur rejoint sa favorite dans le plus grand secret

Et maintenant...la table

Lanternes, pivoines...
Lanternes, pivoines...
Lanternes, pivoines...
Lanternes, pivoines...
Lanternes, pivoines...
Lanternes, pivoines...
Lanternes, pivoines...
Lanternes, pivoines...
Lanternes, pivoines...

Lanternes, pivoines...

La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse
La cinquième épouse

Commenter cet article

Josiane 16/05/2016 23:12

Toujours du grand Cath. Belle idée, l'impression sur papier calque pour les lanternes

Luc 11/05/2016 07:05

Félicitations, très belle table, tu es douèe petit crapaud. A bientôt ds ta maison cachèe. Meme si je ne suis pas l empereur chinois, je viendrai qd meme. Je ne connaissais rien de tout ça...ces tables. Je découvre avec toi. Tu as du talent, beaucoup... bisou xxxxxxxxxxxxxx

Jocelyne 09/05/2016 23:14

C'est magnifique, je suis heureuse de te lire. J'aime ces ambiances mystérieuses de la Chine et j'ai relu avec beaucoup de plaisir ces extraits. Les photos que tu as choisies sont superbes et tes mises en scènes m'ont fait rentrer parfaitement dans cet univers.

Leonce 09/05/2016 23:12

éblouissant je reste ébahie devant tant de beauté, je suis novice dans l'art de la table et je ne peux que m'incliner devant tant d'artistes dans ce groupe merveilleux

Claudine 09/05/2016 23:11

Très joli conte et jolies photos de Gong Li, je suis une fan des films de Zhang Yimou et notamment le magnifique film "épouses et concubines"....

Hébergé par Overblog